L’antisémitisme de Guillaume le Breton

Voici un extrait de la Philippide de Guillaume le Breton qui parle de l’attitude du dernier envers le juifs à l’époque du roi Philippe Auguste:

“II y a dans la terre de Brie un château nommé Bray; et sur cette même terre, la comtesse de Brienne possédait beaucoup de Juifs qui, selon leur usage, prêtaient de l’argent à usure. Or il arriva qu’un certain paysan, confesseur de notre foi, devait à ces mêmes Juifs un grand nombre de sous; et comme il ne s’acquittait pas de sa dette, la comtesse leur abandonna ce malheureux pour le punira à leur gré, principalement à raison de ce qu’il avait fait de nombreux affronts à ces Juifs, livrant ainsi dans sa barbarie un membre du Christ à ses ennemis, avec une légèreté de femme et sans conserver aucune crainte de Dieu. Cet homme donc leur ayant été remis, les Juifs le dépouillent à nu, le couronnent d’épines et le conduisent ainsi dans les villages et dans les campagnes, portant sa couronne d’épines; ils l’accablent de soufflets, le frappent de verges; puis, après l’avoir ainsi maltraité, ils l’élèvent sur une croix, lui percent le flanc d’une lance, et ensanglantent avec des clous ses pieds et ses mains, afin de figurer complètement sur l’esclave la passion du Seigneur. Ayant appris cela, le roi, rempli d’une grande colère et dévoré, dans son cœur plein de piété, d’un saint zèle pour le Christ, se rendit sur les lieux en personne, et d’une course rapide, autant de Juifs qu’il trouva à Bray, autant ce champion du Seigneur, ayant fait allumer un grand feu, en fit jeter dans les flammes. On en brûla quatre-vingt-dix-neuf, et ainsi le roi vengea par le feu l’in-sulte faite au Christ et la honte de ses serviteurs.” (La Philippide : poème / par Guillaume le Breton, 1825, ed. F. Guizot, p. 35)

Pareillement,

“Sequenti martio, Judei quemdam christianum, permittente comitissa [Brene, matre comitis Roberti], apud castram quod Braiam vocant, spinis eoronatum et rastigatum per vicos crucifixerunt. Quo audito, Philippus magnanimus christianitati compatiens, in propria persona ad prenominatum castrum accedens, LXXX Judeos et amplius comburi fecit.” (Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, historiens de Philippe …, Volume 1, p. 194)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s