Il faut apprendre… (1)

Il faut apprendre à connaître la couleur de l’ombre du palmier d’Hyères, la violence du soleil vertical, les intrigues des cigales grimpeuses, le noir pétrole de la mer face à l’astre levant, le voilier perdu qui brise les vagues et le vent, le sable anthropophobe de midi, l’huître qui s’ouvre sous le couteau meurtrier du poissonnier, enfin les lauriers roses qui attendent les foudres d’Apollon pour répandre leur parfum.

Une fois goûté de ce bonheur, on ne peut plus se passer de la bouillabaisse bouillante, de la chartreuse escarpée, de la calanque aux eaux turquoises, de la modulation du verbe provençal, des pins d’Alep qui ramènent l’encens à la liturgie de la nature.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s